Rechercher sur ce blogue

vendredi 12 août 2011

La Terre a une ceinture...d'antimatière !


La théorie existait déjà mais désormais la preuve vient d'être apportée: la Terre est entourée d'une ceinture d'antiprotons.
Un article (PDF en anglais) conjoint de chercheurs italiens et russes explique que le satellite PAMELA(Payload for AntiMatter Exploration and Light-nuclei Astrophysics ) vient d'amener la preuve au devant de la scène internationale. Entre juillet 2006 et décembre 2008, soit pendant 850 jours, les instruments de PAMELA ont pu détecter 28 antiprotons. Cela peut paraitre peu à priori, mais c'est trois fois plus élevé que ce que l'on a rencontré jusque là, et ce, même avec la présence du vent solaire.
Ces antiprotons sont en fait piégés par les champs magnétiques, et plus précisément par les ceintures de Van Allen. Cette zone de la magnétosphère terrestre est hautement radioactive car elle contient tout un tas de hautes particules dangereuses pour les machines mais également pour les être humains. Le satellite a effectué des mesures dans une région connue sous le nom d'anomalie magnétique de l'Atlantique Sud (AMAS), la partie interne de la ceinture la plus proche de la surface terrestre. C'est dans cette anomalie que le satellite a trouvé des antiprotons coincés dans de la matière «normale».
La Station spatiale internationale passe d'ailleurs par cet endroit, c'est pour cela qu'elle a été équipée d'un revêtement particulier. Le télescope spatial Hubble ne réalise aucune observation pendant qu'il traverse cette région.
Les antiprotons, ces particules d'antimatière, ont une durée de vie limitée. Elle peut cependant être allongée à l'aide de champs magnétiques intenses. On vous parlait justement en juin d'une expérience menée au Cern à Genève, qui a permis de capturer de l'antimatière pendant 16 minutes !
Comme nous vous le rapportions lors de cet article de juin, la matière et l'antimatière s'annihile l'un l'autre lorsqu'elles rentrent en contact. L'énergie libérée est alors phénoménale. Un chercheur de l'Université de Bari en Italie pense qu'il serait possible, un jour, d'utiliser cette énergie contenue dans les ceintures de Van Allen pour propulser nos futurs engins spatiaux. 10 mg d'antimatière suffirait pour un voyage Terre-Mars.
Attention quand vous sortirez faire une petite balade dans l'espace donc.
(Source: ArstechnicaPC MagPamela projectThe astrophysical Journal Letters etNewScientist)


REF.:BV,

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Effrayant non ??...
On n'est pas loin des bombes à antimatière des romans de SF

Marc Leblanc T.I. a dit...

tout a fait