Rechercher sur ce blogue

vendredi 5 mai 2017

Hacker Éthique en location



Hacker éthique pour le réseau de location - La liste des Hackers éthiques à embaucher:
Le piratage n'est pas un crime. Contrairement à ce que vous avez peut-être entendu, Ethical Hacking peut avoir des résultats très positifs. Les véritables pirates ont contribué à la construction de la plupart des technologies que vous utilisez aujourd'hui. Des milliers de pirates éthiques à embaucher vont travailler tous les jours pour rendre le monde meilleur, et en général, un endroit plus sûr pour utiliser la technologie. La mission de Hacker's List est de relier les personnes ayant des compétences extraordinaires et des bonnes mœurs avec les individus et les entreprises qui en ont besoin.
Hacker's List a été créé par Certified Ethical Hacker Charles Tendell. Avec plus de 15 ans d'expérience dans la cybersécurité et le piratage éthique, M. Tendell a remarqué quelques points sur le piratage: il a été très mal compris ce qu'est un Hacker et quel pirate informatique professionnel peut faire. Les consommateurs en général, les petites entreprises et même les grandes entreprises ont du mal à trouver les meilleurs talents, les ressources et la formation. Donc, il a créé Hacker's List, le premier et le seul Hacker Ethical Hacker for Hire Marketplace.Comment louer un pirater
Il n'y a que deux façons de louer un piratage professionnel et éthique, et il est probable que vous avez essayé une de ces façons et a fini par perdre plus que ce que vous avez négocié pour certains.
Pour rester en sécurité en ligne et louer un piratage éthique, il faut changer votre compréhension et éliminer tous les méchants. Pour ce faire, vous devez comprendre ce que vous recherchez réellement.
Chez Hacker's List, nous sommes fiers de vous aider à trouver exactement le Hacker que vous recherchez en toute sécurité, en toute confidentialité et en toute sécurité. Pour ce faire, nous vous invitons à regarder une vidéo rapide pour vous présenter la liste des pirates et pour vous aider à repérer les méchants, éviter les problèmes juridiques et apprendre ce que cela signifie vraiment être un piratage éthique.


Source.:

Cellule souche pluripotente induite


Les cellules souches pluripotentes induites (CSPi) (en anglais Induced pluripotent stem cells soit iPS ou iPSCs) sont des cellules souches pluripotentes générées en laboratoire à partir de cellules somatiques. Ces cellules souches induites ont le potentiel de se différencier en n'importe quelle cellule du corps humain et ont donc des applications très variées en thérapie et en recherche biomédicale. Elles sont considérées comme l'une des avancées majeures de la biotechnologie puisqu'elles permettent de constituer une alternative à l'utilisation de cellules souches embryonnaires humaines, permettant ainsi de dépasser les problèmes éthiques liés à ces dernières[1].

Principe de la pluripotence induite

La pluripotence induite consiste à « reprogrammer » une cellule différenciée en cellule souche en réactivant l'expression des gènes associés au stade embryonnaire (stade pluripotent). Pour cela un cocktail de gènes typiques des cellules souches est introduit dans l'ADN de cellules adultes à l'aide de rétrovirus, ce qui provoque une répression des gènes associés à la spécialisation cellulaire ; on parle alors de « dé-différenciation cellulaire ». La simplicité de ce mécanisme a surpris de nombreuses personnes dans la communauté des biologistes[5]. Des travaux ultérieurs ont montré que plusieurs types de cellules humaines peuvent être reprogrammés en cellules souches pluripotentes[6] parmi lesquelles les cellules de la peau, les cellules sanguines, etc. Ceci démontrerait le caractère universel de la pluripotence induite.
Depuis, différentes techniques sont utilisées pour apporter le cocktail de gènes. Ainsi, il est possible par exemple d'utiliser d'autres vecteurs viraux comme les lentivirus ou les adénovirus mais aussi des techniques qui ne font pas appel à des virus comme la simple injection d'ARNm codant pour les facteurs de pluripotence[7]. Ces améliorations visent à empêcher ou tout du moins mieux contrôler l'insertion des gènes de pluripotence dans le génome de la cellule ciblée. En effet, une insertion dans une région oncogénique peut conduire au développement de cellules cancéreuses.
 
 
 

Applications biomédicales

Cette technique permet de fabriquer des cellules souches « à la carte » pour la médecine régénératrice. L’une des premières preuves a été établie avec la maladie de Parkinson. Des chercheurs ont réussi à transplanter des CSPi dans le cerveau d’un modèle animal de la maladie de Parkinson et ont montré que ces cellules se sont différenciées en neurones dopaminergiques, avec une amélioration des symptômes de la maladie chez l'animal[8]. De même, une étude menée sur des modèles murins de lésion de la moelle épinière, montre que la transplantation de CSPi humaines stimule la régénération neuronale et améliore la locomotion[9]. La transplantation de CSPi humaines dans le myocarde de souris ayant subi un infarctus aigu conduit à une amélioration substantielle des fonctions cardiaques chez ces dernières grâce à la différenciation des CSPi en cellules cardiaques.
Une autre application intéressante des CSPi réside dans le traitement des maladies génétiques. Par exemple, utilisant des souris chez laquelle la drépanocytose avait été induite, des chercheurs ont produit des CSPi chez lesquelles ils ont corrigé l'anomalie génétique. Ces cellules différenciées en cellules souches hématopoïétiques (cellules précurseurs des cellules sanguines) ont été réintroduites dans les souris drépanocytaires, permettant une nette amélioration des symptômes chez ces dernières[10].
Les CSPi peuvent aussi être utilisées dans le cadre d'une médecine personnalisée. Par exemple il serait possible de générer des cellules hépatiques ou rénales qui serviront à faire des analyses toxicologiques sur différents médicaments, afin de déterminer celui qui sera le plus tolérable pour chaque patient[11], ce qui permettra au médecin de faire le meilleur choix dans l'éventail de médicaments disponibles pour traiter une pathologie donnée. Dans le cadre des anomalies dégénératives et génétiques, les CSPi peuvent être utilisées pour produire des cellules reproduisant la maladie in vitro, ce qui facilitera l’étude de la maladie et la réalisation de tests pharmacologiques afin d’établir le meilleur protocole thérapeutique adapté à chaque patient[6],[12].


Aspects éthiques

L'un des avantages principaux des CSPi est qu'elles permettent de réaliser les thérapies cellulaires envisagées avec des cellules souches sans recourir à aucune destruction d'embryon ou clonage thérapeutique. En effet ces cellules présentent des caractéristiques extrêmement proches des cellules souches tout en étant générées à partir d'une cellule adulte et donc sans besoin d'utilisation d'un embryon.
Néanmoins, la possibilité de différencier des CSPi en gamètes mâles et femelles[15] permet en théorie de réaliser le clonage d'une personne à partir de cellules adultes. Dans ce cas précis, les thématiques éthiques liées au clonage sont toujours d'actualité pour les cellules CSPi.


Limites et perspectives

Une des questions en suspens reste la propension inconnue de ces cellules souches à développer des cancers[16]. En effet, certains des facteurs utilisés pour induire la pluripotence, sont des oncogènes c’est-à-dire qu’ils favorisent la formation des tumeurs cancéreuses, il s’agit en l’occurrence de Klf4 et c-Myc. D'ailleurs, on observe une hausse de l'expression des gènes associés aux tumeurs chez les cellules pluripotentes induites par ces facteurs[17].
Des travaux ultérieurs ont montré qu'il est possible d'induire la pluripotence sans recourir à ces oncogènes. Par exemple, une équipe de Harvard est parvenu à induire la pluripotence en utilisant l'acide valproïque en lieu et place des oncogènes, bien que ce soit avec une efficacité moindre[18].
En outre, l'utilisation de virus comme moyen d'introduction des facteurs de reprogrammation dans la cellule présente des risques. En effet, l’ADN viral peut s'introduire dans celui de la cellule hôte provoquant des mutations génétiques chez cette dernière. Des efforts ont donc été entrepris pour développer des techniques ne nécessitant pas l'utilisation des vecteurs viraux. C'est ainsi que des équipes sont parvenues à induire la pluripotence en délivrant les différents facteurs sous la forme de protéines recombinantes ou d'ARNm[19],[20]. Mais l'efficacité de ces deux techniques est très faible comparativement à l'approche virale et nécessite donc d’être optimisée.
 
 

Les virus ou trojan Powershell

Powershell est une suite logicielle et langage inclus depuis Windows 7.
Powershell est beaucoup plus poussé que l’invite de commandes de Windows et  se veut être un concurrent de bash dans le monde Linux et permet d’écrire afin d’administrer Windows.
Avec Powershell, il est tout à fait possible d’écrire un petit script qui télécharge un fichier et exécute ce dernier sur l’ordinateur.
Ainsi cela pose des problèmes de sécurité, puisque l’on peut se servir de Powershell comme porte d’entrée pour installer des logiciels malveillants (Trojan Downloader) sur Windows.


Adblock - Publicité bloquée
Vous pénalisez le site WEB. Svp débloquez la publicité pour malekal.com
Lire A propros de pour plus d'informations.

Introduction

Powershell est un langage de scripts inclus dans Windows.
Les scripts Powershell peuvent être appelé de diverses manières, ainsi l’interface de Powershell est incluse dans les menus depuis Windows 8.

La fenêtre Powershell s’ouvre alors, il est alors possible de passer ses commandes.

Un script powershell peut aussi se présenter sous la forme d’un fichier .ps1.. en double-cliquant dessus, le script s’exécute.
Enfin, il est possible d’exécuter un script et commandes en appellant directement l’exécutable de PowerShell.exe suivant du script.
C:\Windows\System32\WindowsPowerShell\v1.0\Powershell.exe

Windows 10 S : l'essentiel sur cette nouvelle édition de Windows

Application : Le rendez-vous presse du 2 mai de Microsoft à New York était indéniablement tourné vers l'éducation. Mais la grande surprise a été l'arrivée d'un nouveau membre au sein de la famille Windows. Voici ce que vous trouverez sur un PC sous Windows 10 S.


Microsoft a annoncé Windows 10 S lors d'une conférence à New York le 2 mai.
La nouvelle édition rejoint Windows 10 Home et Pro comme option d'installation pour les PC neufs des constructeurs. J'attends toujours l'opportunité de tester ce produit. En attendant, voici ce que nous savons de Windows 10 S.

Quelle place occupe l'édition dans la famille Windows 10 ?

Windows 10 S est essentiellement un Windows 10 Pro, avec une configuration verrouillée qui le rend plus facile à administrer et moins susceptible d'être confronté aux problèmes de sécurité et de performance.

Permet-il d'exécuter tous les logiciels Windows ?

Non. La partie la plus importante de la configuration de Windows 10 S est un paramètre qui l'empêche d'exécuter toutes les applications qui ne sont pas incluses dans Windows 10 ou disponibles via le Windows Store.
Cette limitation n'est pas aussi dramatique qu'il paraît. Les développeurs d'applications tierces peuvent convertir des applications de bureau traditionnelles en apps universelles et les rendre disponibles sur le Store. Slack y figure désormais, avec 500 autres applications soumises aux outils de conversion (anciennement nommés «Project Centennial»).
Office 365 arrivera bientôt, et Spotify doit débarquer sur le Windows Store cet été.
Mais un PC sous Windows 10 S n'exécutera pas des logiciels de bureau que vous téléchargez et lancez par le biais d'un installeur Windows standard. Cela signifie un risque considérablement réduit d'installer des logiciels malveillants. Cela signifie également que les OEM ne peuvent pas préinstaller sur un nouveau PC des crapware si néfastes à sa performance. Bien sûr, cela empêche également certaines applications très pointues, y compris iTunes, de s'exécuter. Et il est peu probable que des programmes antivirus tiers soient disponibles.

Quels navigateurs sont disponibles ?

La configuration de Windows 10 S est verrouillée sur le navigateur Edge. Il n'existe pas d'autres options pour les navigateurs. Cela veut dire, par exemple, que Google Chrome ne fonctionnera pas. On peut aussi supposer qu'Internet Explorer 11 n'est pas une option.
Le moteur de recherche par défaut est Bing (et "fournisseurs de recherche régionaux désignés"). Ce paramètre contrôle les recherches à partir de la barre d'adresse et de la boîte de recherche de la barre de tâches et ne peut pas être modifié. Bien sûr, rien n'empêche un utilisateur de créer un marque-page dans Google Search, ou même de le configurer comme page d'accueil.

Qu'en est-il du support matériel ?

Microsoft explique que "de nombreux périphériques matériels (tels que les imprimantes) qui fonctionnent avec Windows 10 fonctionnent aujourd'hui avec Windows 10 S, mais peuvent comporter des limitations fonctionnelles". On peut supposer que les pilotes tiers et les logiciels utilitaires ne seront pas autorisés à s'installer.
Lors de l'événement à New York, Microsoft a cité les sept fabricants de PC certifiés qui vendront des PC Windows 10 S, à des prix démarrant à 189 $. Le propre terminal phare de Microsoft pour Windows 10 S est le portable Surface, annoncé à partir de 999 dollars.

Un PC sous Windows 10 S peut-il rejoindre un domaine ?

L'association de domaine n'est pas prise en charge sur les réseaux Windows traditionnels basés sur Active Directory. Un PC Windows 10 S peut cependant rejoindre un Azure Active Directory. Vous pouvez également configurer un profil d'entreprise itinérant en utilisant Azure AD

Le chiffrement de disque BitLocker est-il disponible ?

Oui. La fonctionnalité BitLocker - disponible sous Windows 10 Pro mais pas Home - est prise en charge sur les terminaux Windows 10 S.

Les mises à jour sont-elles administrables ?

Comme Windows 10 Pro, Windows 10 S supporte Windows Update for Business, ce qui permet aux administrateurs de planifier le déploiement pour les mises à jour fonctionnelles et de différer les mises à jour de qualité normale jusqu'à 30 jours. Les PC Windows 10 S sont pleinement administrables au travers de solution d'administration de terminaux mobiles, dont Microsoft Intune.

Comment fonctionne la migration vers Windows 10 Pro ?

La migration coûte 49 dollars et s'effectue au travers du Windows Store. (Il est possible qu'une clé produit valide de Windows 10 Pro permettra également d'effectuer cette mise à jour).
Une fois passée sous Windows 10 Pro, une machine auparavant sous Windows 10 S ne peut plus revenir à l'ancienne configuration.

Source.:

L'internet des objets: Les traces numériques laissées par nos jumeaux sont bien réelles

Connaissez-vous votre jumeau numérique (digital twin) ?

Prospective : Une des tendances des projets dans le domaine de l'internet des objets semble être celle du "digital twin": le vôtre, celui des objets, des systèmes et pourquoi pas des villes.

Une des tendances des projets dans le domaine de l'internet des objets semble être celle du "digital twin". Pourtant, on rencontre encore peu ce concept dans l'actualité française (sauf sur ZDNet ! - par exemple içi) alors qu'il est très présent en Allemagne, Industrie 4.0 oblige, ou aux Etats-Unis. Il n'en fallait pas plus pour motiver GreenSI à faire la lumière sur ce jumeau numérique qui, comme la prose de M.Jourdain, est peut-être déjà plus présent qu'on le pense dans les projets de beaucoup d'entreprises et on le verra aussi, de collectivités locales. "Industrie 4.0" d'Angela Merkel, une politique visionnaire, qui a compris il y a plus de 6 ans qu'il fallait stimuler la vision du futur de l'industrie allemande pour la transformer et essayer de garder l'avantage compétitif qu'a l'Allemagne en ce domaine. Le chiffre 4 faisant référence à la quatrième révolution industrielle après la vapeur, l'électricité, l'électronique et l'informatique. Un plan Industrie 4.0 qui avait bien identifié le risque de ne pas digitaliser des pans entiers des processus de fabrication et d'attirer les GAFAs Américains à la recherche d'inefficacités, quand de l'autre côté du sprectre concurrentiel les Chinois et les Coréens produisent moins cher avec plus de qualité.Un plan, mais aussi la vision d'usines connectées, flexibles et intelligente (smart), permettant à la fois la personnalisation des produits et leur production de masse, avec l'utilisation intensive de robots configurables à la demande et de plateformes de collaboration. Le numérique est bien au coeur d'une bataille géopolitique pour la compétitivité des Etats.
Le jumeau numérique des personnes ("digital moi") est une notion qui est maintenant bien comprise en France. 

Les traces numériques laissées par nos jumeaux sont bien réelles et les "chasseurs de primes" du monde virtuel les suivent sans vergogne jusque dans vos données personnelles. La CNIL et l'ANSI veillent et informent le grand public sur les dangers de la non maîtrise de ces vases communicants physique-numérique, par exemple quand des cambrioleurs peuvent vous suivre sur les réseaux sociaux et voir que vous êtes loin de chez vous.
La notion de "Digital workplace" commence aussi à s'installer pour outiller les salariés, les rendre plus efficaces dans leurs interactions virtuelles, et améliorer leur productivité dans le monde réel. Cette semaine c'était d'ailleurs la publication de la 9ème Edition de ce qui est la référence en matière de "Digital Workplace", l'étude annuelle de Lecko de tous les outils de collaboration virtuelle, notamment les réseaux sociaux d'entreprise, qui transforment le travail en entreprise.
Mais qu'est-ce que le jumeau numérique d'un objet ?
Ce jumeau numérique est un compagnon informatisé d'un objet physique, qui modélise en partie cet objet physique (d'un simple nom jusqu'à un modèle 3D sophistiqué) et utilise des données de capteurs installés sur cet objet physique pour représenter son état, sa position... quasi temps réel. Quelqu'un qui ne serait pas dans le monde physique de l'objet (tout simplement à distance) pourrait quand même suivre l'évolution de l'objet en explorant le monde numérique.
Un exemple qui existe depuis plusieurs années est celui de la raquette connectée (Play) de la marque Babolat. Son capteur interne dans le manche lui permet de mesurer les vibrations de la raquette lors d'un match et de représenter en temps réel tous les impacts de balle, les angles, la force, le côté qui frappe (coup droit ou revers)...
Un coach du joueur pourrait être tranquillement installé dans la loge avec son smartphone pour donner des conseils pour améliorer le jeu à la fin du match... même sans avoir vu le match. D'ailleurs le coach peut lui même être un coach virtuel, un programme informatique, qui analyse la partie par rapport à d'autres parties ou la progression dans le temps du joueur.
Babolat a aussi un produit (Pop) qui n'est qu'un bracelet connecté autour du poignet du joueur car en  analysant son bras en permanence il y a déjà beaucoup de données exploitables. Ce bracelet appartient au jumeau numérique du jouer et la raquette a aussi son propre jumeau.
A l'avenir les jumeaux d'humains et d'objets vont de plus en plus interagir dans le monde virtuel.
Quittons le grand public et demandons nous quels sont usages des "digital twin" en entreprise ?

L'entreprise va cibler les enjeux d'amélioration de la performance des objets, des équipements, des systèmes ou des usines.
Supposons donc que l'entreprise synchronise en permanence avec une plateforme les données entre des équipements et leur jumeau numériques accessibles par divers interface (smartphone, tablette, lunettes, écrans muraux...). Les usages sont multiples comme:
  • de projeter les données numériques quasi temps réel du jumeau virtuel sur l'objet physique (en utilisant la réalité augmentée). Par exemple un technicien qui passe devant une pompe peut avec son simple smartphone lire le débit et le temps de marche de la pompe, en fait de son jumeau virtuel accessible depuis son smartphone.
  • de manipuler l'objet numérique pour se former ou préparer une manipulation sur le "vrai" objet physique (en utilisant la réalité virtuelle). C'est par exemple un technicien qui visite virtuellement une installation et se prépare au réglage d'une chaîne de production.

    Si le modèle qui fait réagir le jumeau virtuel est sophistiqué, la simulation ira au delà de la visualisation de données et permettra de piloter le jumeau comme dans un jeu vidéo. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'un des acteurs, PTC, a annoncé fin 2016 un partenariat avec Unity, le moteur de jeu vidéo multi-plateformes le plus utilisé.
  • de collaborer à plusieurs autour de ce jumeau numérique (en réalité virtuelle). L'un des acteurs peut guider les autres qui voient sur leur écran ou leur casque, ce que voit cet acteur. Ce dispositif est complété par un dispositif audio pour qu'ils se parlent en direct. C'est par exemple un groupe de techniciens qui visite virtuellement l'installation précédente.
  • d'analyser le jumeau numérique pour comprendre, prédire et optimiser les performances des actifs physiques sans avoir besoin d'embarquer le logiciel dans la machine comme on l'aurait fait il y a quelques années. Couplés à des algorithmes d'auto-apprentissage (machine learning) on peut même optimiser sans définir de modèle préalable.

    Ce sont par exemple les systèmes de pilotage de la distribution d'eau potable, comme Aquadvanced™, celui de SUEZ. Ils permettent par modélisation hydraulique et capture des données par secteurs, d'optimiser le rendement du réseau a tout moment.
Sans surprise, le digital twin est un concept développé dans l'industrie avec les acteurs majeurs de l'informatique de ce secteur comme le français 3DS, l'allemand Siemens, les américains PTC et GE Digital et qui ouvre donc de belles perspectives de développement des produits.
Réservées au départ aux produits complexes et chers (notamment l'aéronautique), ces technologies sont aujourd'hui accessibles pour des produits aussi "simples" que des raquettes de tennis qui se commercialisent à moins de 400€.
Digital city, ma ville jumelle
GreenSI s'est aussi posé la question d'appliquer ce modèle de l'industrie à un système complexe que l'on connaît tous très bien, la ville. Petite, moyenne ou grande métropole, elle se modélise dans l'espace et l'utilisation des GPS a radicalement accéleré sa modélisation 2D, et pour certaines en 3D.
C'est par exemple le cas de Rennes Métropole très engagée depuis longtemps dans la représentation, d'abord cartographique et maintenant digitale de la ville, par exemple pour explorer ses projets qui vont la transformer jusqu'en 2030 (Rennes 2030).
On peut aussi citer la Ville de Paris qui a lancé une consultation pour modéliser les 2500 km d’ouvrages souterrains d’assainissement (dont 2300 km de galeries visitables) qui assurent la collecte et le transport des eaux usées et pluviales sous Paris. Les entreprises travaillant pour la Ville de Paris pourront prochainement visiter virtuellement ces ouvrages avec un navigateur web et ainsi mieux préparer leur rencontre ultérieure, avec le jumeau physique cette fois.
Mais ce qui a récemment retenu l'attention de GreenSI c'est l'énergie mise par Google, en lien avec sa division SideWalkLab, dédiée à la "smart city", de modéliser toujours plus loin le jumeau de la ville.
Google maîtrise déjà la ville en 3D avec ses GoogleCars, le trafic, les zones d'affluences (apparues l'été dernier),... autant de moyens de captures de données automatiques pour construire le jumeau numérique des villes sur ses serveurs.
Mais Google exploite aussi le "crowdsourcing", façon de "Waze" ou "Open Street Map" et anime la collecte de données de Google Maps avec des outils intuitifs pour que chacun contribue (voir photo). Les (+) représentent des lieux où il manque à Google des données comme les horaires d'ouverture, des photos ou le "rating" de l'endroit. En cliquant dessus les ambassadeurs locaux de Google peuvent les renseigner et gagner... des points !
Personnellement j'ai remarqué que la pression de Google pour récupérer ces données s'était accentuée. Dans les 15mn après la prise de vue sur un lieu d'intérêt, Google me demande de rajouter mes photos à Google Map, et me propose régulièrement de vérifier des informations qu'il a sur les lieux dont je suis proche. La collecte massive d'images permettra certainement ensuite de mettre à jour le modèle 3D et surtout le modèle décisionnel avec des données qualitatives.
Le dernier service lancé par sa division SideWalk est le contrôle du stationnement de surface. D'un côté Google valorise l'information sur les disponibilités des places de parking qu'il détecte, de l'autre il propose aux villes de trouver les habitants indélicats qui ne paieraient pas leur parkmètre. Un domaine qui va d'ailleurs être prochainement privatisé en France en 2018.
Mais Google n'est pas le seul acteur de la donnée en ville. On imagine qu'Uber, qui développe ses propres cartes, étant toujours prêt à nous inventer un nouveau service "Uber-X", est déjà dans les starting-blocs pour la collecte de données et prendre des positions sur la logistique du dernier kilomètre.
Ceci devrait faire réfléchir les métropoles sur la vitesse avec laquelle d'autres sont en train de construire leur "city digital twin" à leur place...
L'espace urbain remodelé par son jumeau numérique
Le champ d'application dépasse largement le parking des voitures: terrasses de café, marchés, parcs...
L'espace public est aujourd'hui vu comme une source de coûts financés par des impôts mais il a pourtant bien une valeur économique. A l'heure où les villes repensent leur modèle économique, la vision de Google d'en optimiser l'usage, et donc la valeur, peut séduire les collectivités pour imaginer la location de l'espace urbain en général (pas que des places de stationnement) comme une moyen de les rentabiliser.
GreenSI va même plus loin ! Imaginons : plusieurs acteurs sont intéressés par le même espace à un moment donné. L'un par exemple pour installer une extension de sa terrasse de restaurant, l'autre pour organiser un espace de vente de glaces temporaire. On peut imaginer un mécanisme d'enchères qui attribuerait dynamiquement les espaces à celui qui ferait la meilleur offre. Les acteurs susceptibles de louer les espaces indiqueraient à l'avance sur la carte de la ville leur préférences et le prix maximum qu'ils sont prêts à payer en fonction des jours, voire des heures, pour chaque espace.
Bref, vous avez certainement reconnu le mécanisme d'AddWords qui permet d'acheter des mots-clefs d'une recherche Google et d'afficher les publicités de ceux qui payent le plus sur les espaces du moteur de recherche de Google. GreenSI ne peut pas imaginer que Google n'y ait pas pensé ;-)
Numériser et indexer le monde physique est donc devenu dans tous les domaines un sujet en fort développement, il donc temps de s'intéresser systématiquement à tous nos jumeaux digitaux.
Source.:

mardi 2 mai 2017

Comment passer d'un iPhone à un téléphone Android


Êtes-vous sur Apple?  

Voici comment faire facilement le changement d'iOS à l'écosystème Android de Google.

   
Comment passer d'un iPhone à un téléphone Android ?Les utilisateurs d'Apple iPhone ont déjà regardé le nez dans l'armée des téléphones Android là-bas, et soyons honnêtes, d'autres encore, mais ces jours-ci, c'est une attitude difficile à prendre. Les applications Android sont florissantes, la sélection du combiné est incroyable, et les fabricants comme Samsung, ZTE, Huawei, OnePlus, même Google lui-même, innovent à un rythme qui met Apple à honte. Il existe des téléphones Android / phablets là-bas avec des caméras de 21 mégapixels, des écrans de 6 pouces, des écrans avec support de bord, des processeurs super rapides et des heures et des heures de vie de la batterie sur une seule charge.Si tout ce que vous avez envie de faire le changement, c'est compréhensible. Peut-être que l'adhérence d'Apple sur l'écosystème iOS est ennuyante. Android peut souffrir d'une fragmentation étendue: des milliers de versions du système d'exploitation fonctionnant sur des centaines d'appareils, mais comme Windows ou Linux, il est plus ouvert pour cette raison. Et vous obtiendrez votre mise à jour ... éventuellement.Cette ouverture n'est pas une garantie: vous devrez choisir un fabricant pour l'appareil Android que vous souhaitez et chacun a ses propres problèmes. Beaucoup remplacent leur propre "peau" sur le système d'exploitation, par exemple, ou ajoutez des applications que vous ne voudrez peut-être pas. La seule façon d'obtenir une expérience Google Android pure, avec les mises à jour du système d'exploitation qui se produisent dès que Google les libère, est d'obtenir un combiné de Google lui-même. Heureusement, Google Pixel 649,99 $ chez Verizon Wireless et Google Pixel XL 769,99 $ chez Verizon Wireless fait partie de nos favoris, chacun gagnant un prix éditeur de choix.Donc, une fois que vous avez choisi un téléphone Android, que faites-vous? Vous avez investi dans l'écosystème Apple iPhone pendant des années, peut-être même une décennie, alors qu'est-ce que vous faites pour passer d'iPhone à Android sans larmes numériques? Voici les étapes à suivre.Préparez votre iPhone pour le transfertApple fournit une application pour ceux qui cherchent à passer d'Android à iPhone, mais Google n'a pas d'équivalent direct pour un switch iPhone-to-Android. Au lieu de cela, vous devrez passer quelques étapes pour obtenir tout ce qui est important d'une plate-forme à l'autre. (Et oui, vous devrez réinstaller, peut-être même ré-acheter, vos applications lors de la conversion en Android).Kill iMessageIl existe plusieurs choses propriétaires que Apple offre aux utilisateurs d'iPhone, comme iMessage, qui permet aux utilisateurs de se faire parvenir un message sans avoir recours à des articles de texte mensuels. Sur iPhone, iMessages apparaissent en bleu et les textes SMS sont verts; C'est une méthode facile à voir si vous envoyez des messages à quelqu'un d'autre avec un iPhone ou non.Apple iMessage Le problème est que, si vous avez un numéro d'iPhone que vous souhaitez passer à un combiné Android, vous devez désactiver le support iMessage. Si vous ne l'éteignez pas, les messages envoyés au même numéro sur votre nouvel Android peuvent être jetés dans le vide des serveurs d'Apple, ou "le purgatoire d'iMessage".Désactivez iMessage sur l'iPhone en allant dans Paramètres> Messages et désactivez le commutateur à côté d'iMessage. (Pendant que vous êtes là, entrez dans Paramètres> FaceTime et éteignez-le aussi.) Vous pouvez expérimenter en envoyant des messages à des personnes que vous connaissez ont un iPhone; Si les messages sont verts, ça marche.Si vous avez abandonné votre iPhone sans prendre cette mesure, ne craignez pas. Visitez la page Deregister-iMessage d'Apple et sous "Pas longtemps votre iPhone?" entrez votre numéro de téléphone. Un code de confirmation sera envoyé à votre nouveau téléphone indiquant que iMessage est désactivé. (Si cela ne fonctionne pas, appelez 800-MY-APPLE et demandez un support technique, avec votre ID Apple et votre numéro de téléphone prêt, ils peuvent désactiver manuellement votre numéro sur leurs serveurs).Synchronisation par câble 

Si vous déménagez sur un téléphone Android fabriqué par Samsung dans la gamme Galaxy, vous avez de la chance: il existe une application de commutation dédiée appelée Samsung Smart Switch, qui déplace les contacts, les photos, les messages et la musique sur votre nouveau périphérique. Il fonctionne également sur BlackBerry ou même le téléphone Android d'un fabricant différent. Le logiciel trouvera ce qui est transférable, et vous choisissez ce que vous voulez déplacer vers le nouvel Android.Vous aurez besoin d'un câble USB On-The-Go (OTG) pour établir la connexion. Il n'y a pas de PC impliqué ou même de sauvegarde sur un nuage: vous effectuez un transfert de câble direct de l'ancien appareil vers un nouveau (mais l'option est de passer à un PC Windows ou Mac si le téléphone est plus ancien qu'un Galaxy S6 ou Note 5).Cloud Sync 
Bien qu'il n'y ait aucune application de commutation dédiée de Google, l'équipe d'Android recommande d'utiliser Google DriveFree chez iTunes Store. L'application iOS est un téléchargement gratuit, et il est également gratuit de vous inscrire à un compte Google (si vous n'en avez plus déjà).Une fois que vous êtes connecté à Google Drive, accédez à l'application et sélectionnez Menu> Paramètres> Sauvegarde et vous avez la possibilité de sauvegarder vos contacts iPhone (Google Contacts, qui fait partie de Gmail), des événements Calendrier (Google Calendar ) Et toutes les photos et vidéos que vous avez prises (Google PhotosFree à iTUnes Store). Vous devez payer un espace supplémentaire sur Google Drive pour tout tenir. Google Drive est livré gratuitement avec 15 Go; Après cela, vous payez 1,99 $ par mois pour obtenir 100 Go ou 9,99 $ par mois pour 1 To. Google recommande de maintenir l'application Drive ouverte sur l'écran jusqu'à ce que la sauvegarde soit terminée, alors ne prévoyez pas d'en faire d'autres choses car une grande sauvegarde peut prendre des heures. Il existe d'autres manières de procéder comme indiqué ci-dessus. Par exemple, avec les contacts, vous pouvez toujours naviguer sur un navigateur Web sur iCloud.com, vous connecter à votre identifiant Apple, accéder aux Contacts> Tous les contacts, sélectionner tout, cliquer sur l'icône Paramètres (l'équipement) et exporter tous les contacts Comme vCards dans un fichier VCF. Ensuite, vous pouvez l'importer dans vos contacts Google. Envoyez par courrier électronique le fichier VCF sur Gmail en tant que sauvegarde; Selon le type d'appareil Android que vous avez, il suffit de télécharger le fichier VCF. Il peut également l'importer dans Google Contacts. Mais si vous avez déjà des applications Google sur tout votre iPhone, vous ne devrez peut-être pas vous soucier de beaucoup de cela, car Vous avez probablement Google Calendar et Google Photos effectuant déjà une sauvegarde / synchronisation de fond de vos événements et photos; Pour ne pas mentionner Google Maps, Gmail, Google Docs, Google Sheets, Chrome et plus, qui fonctionneront aussi sur n'importe quel téléphone. Sauvegarde manuelle Si vous ne faites pas confiance au cloud pour gérer toutes les sauvegardes et transférer des choses, vous devez créer Assurez-vous de sauvegarder vos médias depuis votre iPhone via iTunes. Vous connaissez le foret: lancez le logiciel iTunes sur un ordinateur Mac ou Windows et branchez le téléphone via USB iTunes charge, cliquez sur l'icône iPhone dans la barre d'outils et lancez une sauvegarde complète (sur le PC, et non sur iCloud). C'est génial pour la restauration d'un iPhone à l'avenir, mais ne contribue pas beaucoup à l'évolution vers Android, du moins pas directement. Vous souhaitez accéder au Finder ou Windows Explorer sous Windows et rechercher l'iPhone en tant qu'appareil séparé . Vous pourrez accéder aux dossiers DCIM, les copier tous sur le disque dur pour trier plus tard, mais sachez que vous avez toutes les photos et vidéos que vous avez prises. Maintenant, ils peuvent être ré-chargés individuellement sur votre nouveau téléphone Android, si nécessaire. 

 Apple iTunes a commencé en tant que magasin de musique et est et a été de veiller à ce que la gestion des droits numériques (DRM) sur les chansons empêche qu'un morceau ne soit joué partout où un acheteur voudra (c'est-à-dire pas sur les périphériques Apple). Vous avez la possibilité sur un PC de télécharger Music Manager à partir de Google Play Music; Utilisez-le pour pointer vers iTunes comme source principale de votre musique. Il va recréer vos listes de lecture iTunes et télécharger des morceaux qui n'ont pas de DRM (comme celui que vous avez déchiré des CD). Vous pouvez conserver 50 000 morceaux dans Google Play gratuitement. Actuellement, Google Play Music UpdateOf, vous risquez de vous abonner à Spotify Free chez Amazonor Amazon Music Unlimited 9,99 $ chez Amazon ou même Apple Music 9,99 $ chez Apple pour 10 $ par mois à Obtenez l'accès en streaming à presque toutes les chansons, jamais. Pour plus d'informations, consultez Amazon Music Unlimited vs. Spotify et Apple Music vs. Spotify: ce qui est le mieux?

 Textes mobiles Ceci est difficile, car il n'est pas pris en charge par Apple ou Google de n'importe quelle manière, donc vous avez besoin d'applications tierces pour le faire se produire. Le iSMS2Droid gratuit peut le faire en sournando dans votre dernière sauvegarde iTunes de l'iPhone.Samsung a son propre logiciel Samsung Kies qui tirera les textes d'une sauvegarde iTunes, mais cela fonctionne uniquement pour les téléphones Samsung, naturellement. Vous ne devriez pas avoir besoin de cela si vous avez déjà utilisé Samsung Smart Switch.

Welcome to AndroidOkay, donc vous avez le nouveau combiné et déplacé toutes les données que vous pouvez sur la plate-forme Android. Maintenant, comment allez-vous apprendre ce nouveau système d'exploitation? Différence d'interface Le bouton d'accueil sur lequel vous êtes habitué est probablement pas le seul bouton de votre nouveau téléphone. Il peut également avoir des boutons Back and Multitasking de chaque côté. Ou ça pourrait ne pas l'être. Cela dépend du fabricant. Google Pixel, par exemple, n'a pas de bouton physique, uniquement un bouton d'accueil en bas de l'écran et un scanner d'empreinte digitale sur le dos. À l'instar d'un iPhone, qui a un écran d'accueil (le premier écran d'icônes), vous pouvez Ont plusieurs écrans de ce type sur Android, organisés de toutes sortes de méthodes funky. Ou utilisez des applications spéciales de démarrage pour le faire fonctionner encore plus. Les notifications fonctionnent de la même façon que sur iOS 10, faites glisser vers le haut du haut pour accéder, et faites-les glisser si elles ne sont pas pertinentes, ou cliquez sur une pour obtenir plus d'informations. Les alarmes sont également une grande partie de l'Android; IOS les a maintenant, mais ils semblent comme une réflexion ultérieure. Sur Android, les widgets peuvent être livrés avec presque toutes les applications, ce qui vous permet différentes configurations de la manière dont une application apparaît à l'écran, par exemple.Apps GaloreIt est habitué à dire à quel point Apple App Store est superbe et à la meilleure sélection. Mais presque toute application bien connue que vous trouverez sur iOS est également sur Android, parfois avec un peu plus de puissance compte tenu du manque de restrictions.  

Nous avons collecté les 100 meilleures applications Android de 2017 (et la mettrons à jour tout au long de l'année). Commencez par trouver le meilleur des meilleurs; Appuyez sur la section de l'application Google Play Store pour rechercher une application oVous ne savez pas de vos jours d'iPhone. Comme Apple, qui est accusé d'être un monopole quand il s'agit de ventes d'applications en contrôlant tout, les applications Android proviennent de sources multiples. Alors que Google Play est le principal, ce n'est pas seul. Amazon a également une Appstore; Cela est principalement destiné aux propres appareils Android basés sur Android, mais tout appareil Android peut avoir accès. Pour que cela fonctionne, dans Android 4.0 ou plus récent, accédez à Paramètres> Sécurité et faites défiler jusqu'à sources inconnues et allumez-le. Chez amazon.com/getappstore, vous trouverez Amazon Underground. Il se peut qu'il ne soit pas installé instantanément. Passez le bas du haut de l'écran si tel est le cas, et cliquez sur l'entrée de notification pour le fichier Amazon_App.apk pour l'installer. Si vous avez une tablette Amazon Fire, elle est là automatiquement. Underground se concentre sur les versions gratuites des applications, en particulier les jeux, dont certains vous coûteraient dans Google Play; Amazon paie les développeurs pour vous, en fonction du temps que vous utilisez l'application. Par exemple, le jeu Goat Simulator est 5 $ sur Google Play, mais gratuit via Amazon Underground. D'autres solutions de rechange de Google Play pour plus d'applications incluent GetJar, F-Droid et AppsLib. Vous ne trouverez peut-être pas beaucoup de choses différentes, mais les prix peuvent varier assez pour vous procurer des offres. Lorsque vous êtes prêt à supprimer une application sur un téléphone Android, vous pouvez généralement en tenir un doigt et le glisser vers le haut, mais ce n'est que typiquement Supprime l'icône sur la première page. Pour vous débarrasser de l'application actuelle, accédez à la liste complète des Apps et faites de même. Maintenant, lorsque vous faites glisser vers le haut, cela devrait indiquer une option "Désinstaller". L'iOS de SecureUnlike Apple, qui reste relativement à l'abri des logiciels malveillants en raison de la mise au point serrée d'Apple Le contrôle, l'ouverture d'Android (et la popularité dans le monde) laisse les attaques ouvertes. Soyez intelligent et sécurisé, comme vous le feriez avec votre ordinateur Windows: installez un anti-malware Android. Accédez à RootRooting.

 Un téléphone Android est l'équivalent de la mise en veille d'un iPhone; il annule la garantie de donner à l'utilisateur beaucoup plus de contrôle et d'accès au Matériel et logiciel sur l'appareil. C'est comme cela qu'un tweaker allait entrer et obtenir toutes les performances possibles sur un téléphone Android, ainsi que la façon dont vous pouvez supprimer les applications que le fabricant de téléphone pourrait avoir défini comme désinstallables. La navigation est une recherche intensive, car elle peut différer non seulement des périphériques Mais aussi différentes versions d'Android. Généralement, vous pouvez trouver une vidéo YouTube comme celle ci-dessus qui l'explique pour la plupart des marques / versions. Regardez attentivement avant d'essayer. Et sauvegardez le téléphone d'abord. En outre, nous vous recommandons de le faire uniquement si l'on ne peut pas être utilisé comme option de l'enracinement. 

Source.:

Comment passer d'un téléphone Android à l'iPhone

Sur Android ?
 Voici comment passer du système d'exploitation mobile de Google au système d'exploitation mobile d'Apple aussi simple que possible.

   
Passer de l'Android à l'iPhone
Bien qu'il existe une armée d'excellents téléphones Android disponibles, ce n'était pas toujours le cas; Les premiers modèles étaient lents, indélébiles et susceptibles d'erreurs. Ce n'est plus un problème, mais la fragmentation d'Android est courante; 24 000 versions distinctes de l'OS mobile de Google à partir de 2015.
En comparaison, l'iPhone est depuis longtemps un brillant exemple de conception logicielle et matérielle, contrôlée par Apple pour s'assurer que ses appareils offrent une expérience aussi similaire que possible. Après 10 ans, l'iPhone continue à faire ses preuves, et maintenant que les iPhone iPhone grand écran sont facilement disponibles, il est d'autant plus tentant de changer. En pensant à faire le déménagement? Ce guide vous aidera à faire en sorte que votre transition d'Android vers iOS soit aussi simple que possible.Préparez-vous pour votre nouvel iPhone
Passer à l'application iOSApple a pris un peu de déplacement de Android vers iOS en lançant une application Android appelée Move to iOS . Il promet de configurer une connexion sans fil directe à partir de votre ancien Android vers votre nouvel iPhone et va transférer ce qui suit: les contacts, l'historique des messages, les photos et les vidéos de caméras, les signets Web, les comptes de messagerie, les calendriers, les fonds d'écran et les livres sans DRM . L'application Déplacer vers iOS vous proposera également de télécharger les versions iOS des applications Android que vous aviez installées, en supposant qu'il y ait un équivalent iPhone.
Passer à l'application iOS
Notez que Move to iOS fonctionne uniquement lors de la configuration d'un iPhone pour la première fois, ce n'est pas pour les transferts vers un iPhone déjà utilisé.
Utilisez Google ServicesSi vous avez commis une partie ou la totalité de votre vie numérique dans les services Google tels que Gmail, Drive et Calendar, vous avez de la chance. Tous les principaux services Google ont des versions pour iPhone avec des fonctionnalités similaires, sinon identiques.
Par exemple, c'est une brise d'utiliser Gmail avec l'application Gmail dédiée sur iPhone. Ou synchronisez vos comptes Gmail à peu près n'importe quelle application de messagerie iPhone, depuis celle intégrée, à des applications tierces comme notre favori, Microsoft Outlook pour iPhone. Google crée également une Boîte de réception Google spéciale pour Gmail qui rend l'interface encore plus simple. Vous trouverez également facilement Google Drive pour accéder aux fichiers, ou utiliser les applications individuelles pour les documents, les feuilles et les diapositives comme souhaité pour l'édition.
Ceci est particulièrement pratique pour vos contacts. Placez tous vos contacts dans Google Contacts sur Android (ou utilisez Gmail sur le PC), puis votre Gmail avec les contacts iOS une fois que vous êtes sur iPhone. Les applications comme Mes contacts créent non seulement une sauvegarde de vos contacts sur Android, mais aussi facilitent l'édition de noms sur le Web et l'importation dans iOS (ou vice versa).
Centralisez vos médiasIl était une fois, iTunes était encore l'application dominante pour écouter de la musique, en particulier sur PC et Mac. Clunky, iTunes, ainsi que les services Apple iCloud et iTunes Match, ont rendu très facile d'accéder à toute votre musique à travers les périphériques, mais pas sur Android.
Si vous avez beaucoup de musique achetée via le Google Play Store, téléchargez-le sur un PC local, vous devrez le faire sur l'ordinateur, en allant à music.google.com. Ensuite, ouvrez iTunes sur le PC et faites glisser tous vos fichiers de musique. Synchronisez-le avec votre iPhone en le connectant par câble au PC pendant l'exécution d'iTunes. Ou utilisez iTunes Match ($ 25 / an) sur les fichiers musicaux vers le nuage et accédez aux morceaux sur n'importe quel périphérique Windows, ou iOS.
Spotify vs Apple MusicOr, ne vous inquiétez pas de cela et utilisez Spotify ou Apple Music 9,99 $ chez Apple ou Amazon Music Unlimited 9,99 $ chez Amazon, dont chacun coûte 10 $ par mois pour l'accès en streaming et en liste de lecture hors ligne de presque toutes les musiques existantes sur la planète Terre.
Note rapide: si vous allez avec Spotify, payez la prime de 9,99 $ par mois sur le site, PAS via l'application sur iPhone. Si vous payez à l'aide d'iTunes, Spotify vous facture 3 $ de plus par mois, un marquage qui va directement à Apple. Pourquoi? Apple prend une réduction de 30 pour cent de tous les achats effectués dans l'application sur l'App Store, donc Spotify transfère ce coût à l'utilisateur. Si vous vous inscrivez sur le site Web de Spotify, vous pouvez simplement télécharger l'application Spotify et vous connecter avec vos informations d'identification Spotify Premium.
Les médias incluent également des photos et des vidéos, et vous pouvez en avoir beaucoup sur votre appareil Android. Pour vous assurer de les avoir en pleine résolution, il est préférable de connecter le téléphone Android au PC via un câble USB (ou utiliser une carte mémoire si c'est une option) et les copier physiquement sur un disque dur pour stockage. Vous pouvez toujours mettre certains des faves picturales sur l'iPhone en les mettant dans iTunes et ensuite.
Mieux encore, utilisez un service qui sauvegarde les photos sur le cloud, sur lequel vous pouvez accéder sur les deux téléphones. La dernière version de Google Photos, en particulier, concerne tout un stockage illimité d'images;


 D'autres services comme Microsoft OneDrive, Dropbox et Flickr ont tous des applications mobiles pour les deux plates-formes qui fournissent une sauvegarde et un accès similaires, bien que certains d'entre eux vous coûtent pour l'espace nécessaire. Ceci est particulièrement agréable si vous gardez cet ancien téléphone Android après avoir changé sur iOS pour l'utiliser en tant que caméra ou téléphone de sauvegarde; Alors toutes les photos prises sur ces appareils multiples sont sauvegardées dans un seul ou plusieurs points. (N'oubliez pas d'ouvrir les applications de temps en temps pour vous assurer que les sauvegardes se déroulent.)
Facilite en douceur avec le câble USBAvec iOS, vous ne devez plus connecter un iPhone à votre PC périodiquement à l'aide de son câble propriétaire uniquement pour la sauvegarde ou les mises à jour. Beaucoup de choses se produiront sur iCloud. Vous pouvez toujours le faire avec le PC sans fil, mais l'iPhone doit être connecté à une source d'alimentation, une limitation bizarre. Quoi qu'il en soit, rendez l'iPhone plus facile en récupérant un petit dock de bureau qui permet de garder les câbles feutres hors de vue et qu'il est très facile de faire entrer et de sortir l'iPhone.Une fois que vous avez votre iPhone
Apprenez l'interface utilisateurL'iPhone dispose d'une barre de notification compatible avec Android, mais il manque encore de touches de fonction ou de bouton de retour. Son écran d'accueil est en fait le premier volet menu. Vous faites glisser entre plusieurs panneaux de menu, qui contiennent des icônes pour les applications qui font tout ce que vous voulez. Glissez directement de chez vous pour accéder aux widgets; Glissez le bas du haut de n'importe quelle page pour obtenir toutes vos notifications.
Un seul bouton en bas de l'écran de l'iPhone vous ramène à l'écran d'accueil. Pour supprimer ou déplacer une application, maintenez un doigt enfoncé sur n'importe quelle icône jusqu'à ce qu'ils commencent tous à bouger, puis à les déplacer dans les dossiers ou à les déplacer (tirez une icône sur une autre icône). Ou cliquez sur X sur l'icône pour supprimer l'application entière (pas seulement l'icône).
Ce bouton d'accueil sert de scanner d'empreinte digitale (appelé Touch ID) sur les iPhones plus récents. Vous pouvez l'utiliser non seulement pour obtenir un accès sécurisé à l'iPhone (ou utiliser un code PIN à 6 chiffres), mais aussi utiliser Touch ID pour obtenir un accès supplémentaire sur les applications bancaires, les applications de messagerie ou pour payer les choses en utilisant Apple Pay.
Apple Pay
Le «multitâche» des applications se produit automatiquement en arrière-plan; Vous pouvez tuer les tâches individuelles en appuyant deux fois sur le bouton d'accueil pour accéder à l'App Switcher, puis faites glisser vers le haut sur n'importe quelle application répertoriée pour "la fermer". Contrairement à la croyance populaire, cependant, cela n'empêche pas la batterie ou accélère votre appareil. L'iOS d'Apple gère comment les applications utilisent la mémoire et celles qui ne sont pas utilisées activement après un certain temps, sauf si elles ont des privilèges énoncés dans les paramètres; Les applications de messagerie ou les applications GPS, par exemple, continuent de fonctionner.
Depuis l'iPhone 6, il y a eu une différence entre le double pressage, où vous poussez physiquement la maison et appuyez rapidement sur le bouton. Ce dernier déplace la moitié supérieure de votre écran vers le bas, donc il est plus facile d'atteindre les choses en haut en utilisant vos petits pouces. Apple appelle littéralement cette fonctionnalité "Reachability". Vous pouvez l'activer ou bien d'autres options dans les paramètres iOS> Général> Accessibilité.
N'oubliez pas de profiter de la belle absence de bloatware sur iOS (sauf pour une poignée d'applications fournies par Apple). C'est sans doute la meilleure chose à propos de Apple, qui maintient une stricte domination sur son matériel et son système d'exploitation. Et à partir d'iOS 10, vous pouvez même supprimer les applications fournies par Apple comme Stocks, Apple Watch, Tips, etc., que personne n'utilise jamais.
Plonger dans l'App StoreLa meilleure raison pour passer à l'iPhone reste l'App Store. Google Play a largement rattrapé, mais en règle générale, l'App Store d'Apple offre toujours une plus grande variété. Vous pouvez trouver beaucoup plus de jeux, et les applications ont tendance à apparaître sur l'iPhone avant d'autres plates-formes. Par ailleurs, la majeure partie de cette situation revient à l'économie plutôt qu'à une guerre religieuse entre les deux plateformes. Il est tout simplement plus facile pour les développeurs d'iPhone de vendre des applications et d'être payés. Cela dit, certains le considèrent comme un monopole pour la seule raison que c'est le seul endroit où vous pouvez obtenir des applications.
Profitez des mises à jour du système d'exploitation sans soudure et stableIl y a beaucoup moins de SKU de matériel à craindre avec l'iPhone, sans fragmentation, ce qui réduit considérablement le temps de développement et d'AQ. Les révisions des systèmes d'exploitation Android sont devenues un énorme problème au fil du temps, les divers fabricants de téléphones et les opérateurs sans fil retardant les mises à jour pendant des mois. Pendant ce temps, les iPhones actuels ont des mises à jour gratuites avec de nouvelles fonctionnalités majeures, et presque toutes les mises à jour iOS d'Apple ont été stables hors de la porte (avec iOS 8.0.1 en 2014 étant l'exception à la règle).
Étui pour iPhone:La construction de l'iPhone est étonnamment durable, mais vous ne voulez toujours pas la laisser tomber. Déjà. Au lieu de cela, retirez un cas pour garder votre téléphone délicat protégé. Voici une collection pour l'iPhone 7:

    
Spigen Thin Fit
    
Speck Presidio Golden Blossoms
    
Speck Presidio Inked
    
Sonix I Luv Sushi
    
Caséologie Savoie
    
Case-Mate Wallet Folio
    
Griffin Survivor Journey
    et surtout:

    Outterbox
    Spigen
Il existe d'autres cas pour le 7 Plus, ainsi que pour l'iPhone 6/6 et le plus grand iPhone 6 Plus / 6s Plus. Apple vend toujours encore un iPhone SE plus petit avec un écran de 4 pouces; Obtenir un cas pour celui-là aussi.
Le Jailbreaking en Q
uestion:
Nous ne recommandons pas le jailbreaking en règle générale, car il pourrait brancher votre iPhone et générer toutes sortes de problèmes liés à la garantie. Mais les fédéraux disent que c'est légal, heureusement. Pour les utilisateurs moyens de smartphones, l'écosystème de l'application fournit la plupart de ce que les gens veulent. Pourtant, dans certains cas, le jailbreaking est le seul moyen d'exécuter certains types d'applications que Apple interdit, comme les émulateurs de jeux rétro, ou encore plus avec le scanner d'empreintes digitales Apple Touch ID, entre autres. Si vous êtes un lourd tinkerer, regardez-le, mais préparez-vous à la déception alors que Apple combat le jailbreaking avec chaque nouvelle version. Une autre option: restez simplement avec Android, ce qui est beaucoup plus propice à l'ingérence de l'OS.



Source.: