Rechercher sur ce blogue

dimanche 30 avril 2017

De nouvelles mesures pour la sécurité à vélo



En plus d'imposer des permis aux conducteurs d'Uber, le projet de loi 100 déposé par le ministre des Transports, Jacques Daoust, jeudi à Québec, renforcera les sanctions liées à l'emportiérage et établira une distance minimale pour le dépassement des cyclistes par les automobilistes.
Entre autres, le projet de loi prévoit que tous les occupants d'un véhicule qui ouvrent leur portière sans s'assurer de pouvoir faire la manœuvre sans danger s'exposent à une amende de 200 $ à 300 $.
À l'amorce de la haute saison des déplacements à vélo, cette action vise à envoyer un signal clair de notre volonté de protéger les cyclistes sur nos routes.
Jacques Daoust, ministre des Transports
Sanctions salées pour l'emportiérage
L'emportiérage, ou le fait d'être happé par une portière lorsqu'on se déplace à vélo, est actuellement accompagné d'une sanction de 30 $ à 60 $ pour l'automobiliste fautif. Il y aurait eu environ trois incidents de ce genre chaque semaine à Montréal en 2014.
Le projet de loi 100 prévoit non seulement d'augmenter le montant de cette amende, mais de l'appliquer à chaque occupant du véhicule.
De plus, le ministère recommande aux automobilistes et aux passagers d'ouvrir la portière avec la main opposée à celle-ci, de manière à devoir se tourner vers l'arrière pour devoir l'ouvrir et ainsi, de s'assurer que la voie est libre.
S'éloigner pour dépasser
Le deuxième amendement au projet de loi 100 obligera les automobilistes à conserver leur distance lorsqu'ils dépassent un cycliste.
Le conducteur d'un véhicule routier ne peut dépasser une bicyclette à l'intérieur de la même voie de circulation, à moins qu'il puisse le faire sans danger.
Jacques Daoust, ministre des Transports
Le projet de loi indique que sur une voie de circulation dont la vitesse est de 50 km/h et plus, l'automobiliste devra ralentir son véhicule et conserver une distance de 1,5 mètre pour dépasser un cycliste.
D'un autre côté, si la vitesse autorisée sur une voie de circulation est de 50 km/h ou moins, l'automobiliste devra opérer de la même manière, mais conserver une distance d'un mètre avec le cycliste.
Comment dépasser un cycliste sans s'engager dans la voie inverse? Sur ce point, la présidente-directrice générale de Vélo-Québec, Suzanne Lareau, est claire : « Quand il n'y a pas l'espace suffisant, la voiture ne peut pas doubler le cycliste. Elle doit attendre une intersection. »
Selon Mme Lareau, le simple fait d'occuper la voie de gauche pour un automobiliste est suffisant pour dépasser un cycliste. Ainsi, lorsqu'il n'y a qu'une seule voie, le conducteur devra nécessairement patienter à moins que la voie soit suffisamment large pour respecter les distances réglementaires du projet de loi.
Le projet de loi 100, soit la Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement les services de transport par taxi, vise à sensibiliser les automobilistes au partage de la route.
« L'adoption de ces amendements consoliderait les efforts concertés de sensibilisation que nos partenaires et nous mettons en place pour instaurer un meilleur partage de la route entre les usagers », a indiqué le ministre Daoust.
Rappelons que plusieurs organismes et intervenants, dont l'homme d'affaires Louis Garneau, avaient demandé l'imposition d'une distance de 1 mètre en ville et de 1,5 mètre sur les routes rurales, en tout temps, entre les cyclistes et les automobilistes. Cette demande n'a pas été incluse dans le projet de loi 100.

Source.:

Aucun commentaire: