Rechercher sur ce blogue

jeudi 3 juin 2010

Arnaque : baptisée «scareware»

Inculpés pour fraude informatique de 100M$



Logiciels frauduleux - Inculpés pour fraude informatique de 100M$
Trois hommes sont accusés d'une escroquerie informatique de type «scareware», qui a coûté quelque 60 millions à ses victimes.

Trois hommes ont été inculpés aux États-Unis pour leur rôle dans une escroquerie qui a coûté à ses victimes quelque 100 millions de dollars en leur faisant croire que leurs ordinateurs étaient victimes d'un virus, a annoncé jeudi le ministère américain de la Justice.

Des internautes d'une soixantaine de pays ont acheté plus d'un million de logiciels frauduleux auprès des trois accusés, deux Américains et un Suédois, selon le communiqué du ministère.
Bjorn Daniel Sundin, 31 ans, un Suédois apparemment domicilié en Suède, et Shaileshkumar Jain, 40 ans, un Américain résidant en Ukraine, doivent répondre chacun de plus d'une vingtaine de chefs d'inculpation, dont fraude en réseau et complot en vue de commettre une fraude sur internet. Chaque chef d'inculpation est passible de 20 ans de prison maximum.
James Reno, 26 ans, habitant dans l'Ohio (nord des États-Unis), a également été inculpé de fraude en réseau et complot pour commettre une fraude informatique, et devrait comparaître devant un tribunal de Chicago.
Sundin et Jain étaient les propriétaires et gérants d'une entreprise basée à Kiev, qui proposait à la vente des antivirus et des logiciels de réparation d'ordinateurs.
Ils sont accusés d'avoir placé des publicités mensongères sur des sites internet légitimes, faisant croire aux internautes que leurs ordinateurs étaient infectés par des virus ou fonctionnaient mal. Les utilisateurs d'Internet étaient ensuite incités à acheter des logiciels baptisés «ErrorSafe» ou «DriveCleaner» pour résoudre ces problèmes, en payant en ligne par carte de crédit. L'argent atterrissait sur des comptes en banque en Europe appartenant aux trois accusés.
Ce type de fraude, baptisée «scareware», connaît une croissance rapide sur Internet, où elle est une des escroqueries les plus courantes.


REF.:

Aucun commentaire: