Rechercher sur ce blogue

mardi 17 février 2015

Sourcesure : la plate-forme francophone sécurisée pour les lanceurs d'alerte


En envoyant leurs documents aux journalistes via cette plate-forme, les lanceurs d'alerte auront l'assurance de rester anonymes et intraçables.


Sourcesure est une première dans le monde de la presse francophone.
Sourcesure est une première dans le monde de la presse francophone.
Quatre médias belges et français ont annoncé le 12 février 2015 le lancement de Sourcesure, une plate-forme permettant aux lanceurs d'alerte, comme Edward Snowden, d'envoyer des informations confidentielles à des journalistes d'investigation en ayant l’assurance que leur anonymat sera garanti.
Il suffit de se rendre sur le site pour adresser des documents qui seront transmis aux rédactions « de façon anonyme et intraçable », sans même avoir de notions de chiffrement, ont expliqué au cours d'une conférence de presse à Bruxelles les initiateurs du projet, qui le présentent comme une première dans le monde francophone. Les quotidiens français Le Monde et belges Le Soir et La Libre Belgique, ainsi que la chaîne publique de radiotélévision belge RTBF ont pris cette initiative parce que « la protection des sources fait partie de la déontologie journalistique » et que les médias « doivent protéger leurs informateurs », a expliqué le directeur de l'information de la RTBF, Jean-Pierre Jacqmin.
France Télévision vient d'annoncer qu'elle rejoignait la plate-forme, qui devrait également s'ouvrir à des médias suisses, africains, ou encore canadiens, du moment qu'ils ont une tradition bien établie de journalisme d'investigation.

SecureDrop et Strongbox

Sourcesure fonctionne grâce à la plate-forme sécurisée GlobalLeaks, à des serveurs du réseau anonyme TOR et au système d'exploitation TAILS, qui efface les traces des activités en ligne des ordinateurs.
Mais ce n’est pas la première plate-forme du genre. Ainsi en 2013, la Freedom of the Press Foundation reprenait le projet d’Aaron Swartz et lançait la plate-forme SecureDrop. Celle-ci permet, comme Sourcesure, aux lanceurs d’alerte de transmettre des documents de manière anonyme à 15 organes de presse anglo-saxonne, parmi lesquels The Guardian et le Washington Post. Et en parallèle, l'hebdomadaire The New Yorker lançait Strongbox.
Source.:
A lire aussi :
Invisible.im, la messagerie instantanée qui ne veut laisser aucune trace, paru le 8/1/2014

Aucun commentaire: