Rechercher sur ce blogue

jeudi 3 novembre 2016

L'agriculture urbaine avec les fermes verticales



Fermes verticales

Comment nourrir 7 milliards d'habitants sans dégrader davantage la planète?

Présentation

En Europe, en Amérique du Nord et en Asie, l'agriculture urbaine cherche à rapprocher les lieux de production des lieux de consommation, mais ses résultats restent limités. Proposé au début des années 2000 par Dickson Despommier, le concept de « ferme verticale » remporte partout dans le monde un succès croissant. À Singapour, à Chicago, à Shanghai et en Europe, on cherche à présent à donner corps au rêve de son inventeur.
  • Production : Nous sommes à l’aube d’une troisième révolution industrielle, une révolution qui verra naître des villes intelligentes, numériques, , interactives. La question se pose : comment endiguer les problèmes colossaux que risquent de générer l’explosion des foyers de population urbains? Des concepts utopiques, futuristes sont d’ores, déjà proposés. Les villes du futur vous fait découvrir des projets innovants, fascinants qui feront partie des cités dans un avenir rapproché.Mais c'est encore trop dispendieux.

  • La notion de « ferme verticale » ou d'agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l'idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité (filières courtes). Certains projets sont des sortes de gratte-ciel consacrés à l'agriculture (farmscrapers pour les anglophones).
    L'idée de base des projets les plus souvent cités vient d'un concept développé en 1999 par Dickson Despommier, professeur en santé environnementale et microbiologie à l'université Columbia à New York avec des étudiants diplômés d'une classe d'écologie de la santé (« Medical ecology class »).
    Selon lui, une telle tour pourrait être construite pour environ 84 millions de dollars US, mais jusqu'à présent personne n'en a construit.
    Le design architectural de ces tours a d'abord été développé par Andrew Kranis de la Columbia University et Gordon Graff1,2,3 à l'University of Waterloo.

    * Ce concept s'est d'abord fait connaître du grand public par un article de Lisa Chamberlain dans le New York5. Depuis 2007, des articles ont été publiés par le The New York Times6, U.S. News & World Report7, Popular Science8 et Maxim, entre autres. Le concept a plusieurs fois aussi été présenté lors de reportages télévisés.

    Des premières fermes verticales sont évoquées comme projets à Las Vegas (Nevada), à Incheon (Corée), à Abou Dabi et Dubaï (Émirats arabes unis), à Nashville (Tennessee) ou encore dans la future ville écologique de Dongtan, en Chine.
    Des projets de fermes verticales à bas coûts commencent également à apparaitre dans les pays en voie de développement comme le Burkina Faso, où un projet de tour maraîchère de 400 m2 basé sur le système Courtirey va être réalisé dans la ville de Toussiana.
 
 

Aucun commentaire: