Rechercher sur ce blogue

lundi 6 octobre 2014

La version test de Windows 10 est disponible




La nouvelle mouture du système d’exploitation peut être téléchargée, sous sa version Technical Preview, depuis le site de Microsoft. Réservé plutôt aux utilisateurs avertis.

Comme prévu, la version Technical Preview de Windows 10 est disponible au téléchargement, depuis ce soir 18h. Pour y accéder, il faut d’abord s’inscrire au programme Windows Insider, qui est dédié aux « experts en matière de PC » et aux « professionnels de l’informatique », mais qui est ouvert à tous en réalité. Il suffit d’avoir un compte Hotmail ou Outlook.
Une fois passé ce petit obstacle, vous aurez accès au lien de téléchargement. Comptez 3,8 Go pour la version 64 bit, et 2,95 Go pour la version 32 bit. La configuration minimale requise est d’avoir 1 Go de RAM, un processeur de 1 GHz, un espace disque disponible de 16 Go et une carte graphique DirectX 9 avec pilote WDDM.
Windows 10 Technical Preview est assez facile à installer, mais il faut éviter de le faire sur votre machine principale. En effet, il ne s’agit là que d’une version expérimentale qui n’est pas encore stabilisée.
Télécharger Windows 10 Technical Preview. Mais,...................




Un mouchard signé Microsoft dans la version d'essai de Windows 10 ?

Si vous installez la version de test du nouveau système d’exploitation, l’éditeur se réserve le droit de capter tout ce que faites sur la machine. Ce n'est pas à proprement parler un mouchard, mais encore faut-il le savoir.



Les passionnés d’entre vous qui ont téléchargé la version test de Windows 10 (Technical Preview) sur leur machine vont peut-être le regretter, surtout s’ils ont manipulé des données personnelles. Il faut savoir, en effet, qu’en installant cette mouture, vous donnez droit à Microsoft de capter à peu près tout ce que vous faites sur cette machine : les fichiers que vous ouvrez, les mots que vous tapez, les sites que vous regardez, etc. Tout est soigneusement prélevé et stocké dans les serveurs de Microsoft.  
Mais attention, il ne s’agit pas là d’un programme de surveillance secret, façon NSA. Cette captation est prévue et décrite dans la « Déclaration de confidentialité pour Windows Technical Preview ». C’est le texte que l’utilisateur est censé lire avant d’appuyer sur la touche « J’accepte » pour installer le logiciel. Evidemment, personne ne lit jamais ces tartines de texte, et c’est un tort.
Voici un extrait :
Parmi les données que nous collectons, citons votre nom, votre adresse de messagerie, vos préférences et centres d’intérêt, l’historique de votre navigation, de vos recherches et de vos fichiers, les données de vos appels téléphoniques et SMS, les données de configuration des appareils et des capteurs, ainsi que l’utilisation des applications. Par exemple :
•  lorsque vous installez le Programme, nous pouvons collecter des informations sur votre appareil et vos applications et les utiliser pour déterminer ou améliorer la compatibilité ;
•  lorsque vous utilisez des fonctionnalités d’entrée vocale comme la reconnaissance vocale, nous pouvons collecter des informations vocales et les utiliser pour améliorer le traitement de la parole ;
•  lorsque vous ouvrez un fichier, nous pouvons collecter des informations sur le fichier, l’application utilisée pour ouvrir le fichier et le temps nécessaire pour l’ouvrir dans le but d’améliorer les performances ;
•  lorsque vous entrez du texte, nous pouvons collecter les caractères tapés et les utiliser pour améliorer notamment les fonctionnalités de saisie semi-automatique et de vérification orthographique.
Est-ce que c’est scandaleux ? Non, car le but d’une version d'essai est justement de tester le produit, de voir comment le programme réagit aux manipulations de l’utilisateur, quelles sont les fonctions les plus utilisées, etc. D’ailleurs, cette « fonctionnalité » de collecte disparaîtra avec la version finale.  
Il n’y a donc rien de choquant là-dedans, mais il faut le savoir. Se connecter sur son site bancaire depuis Windows 10 Technical Preview n’est pas peut-être pas une bonne idée. Non pas qu’il faut craindre de la part de Microsoft une utilisation frauduleuse de ces données, mais on ne sait pas si celles-ci sont réellement bien protégées. De ce point de vue, le texte de Microsoft n’est pas franchement rassurant. Pour protéger « des informations hautement confidentielles », l’éditeur explique utiliser la technologie SSL... Qui n'a pas bonne presse, depuis la découverte de la faille Heartbleed.
Source.:

Aucun commentaire: