Rechercher sur ce blogue

mercredi 18 mai 2011

WebGL et HTML 5


Clips du jour - Des innovations web changent les clips en rêves interactifs
La vidéo en anglais explique les technologies utilisées dans «3 Dreams of Black».  
©Google

Des innovations web changent les clips en rêves interactifs

De nouvelles technologies du web ont permis au réalisateur Chris Milk de collaborer avec une équipe de Google Data Arts pour créer un clip interactifinnovant intitulé 3 Dreams of Black, pour la chansonBlack extraite du projet musical Rome réunissant Danger Mouse, Daniele Lippi et Norah Jones, entre autres.

Mise en ligne la semaine dernière sur YouTube, la vidéo 3 Dreams of Black donne un aperçu des perspectives qui s'offrent aux artistes à travers les nouvelles technologies du web, comme le WebGL et HTML5.
Le clip embarque le spectateur dans un voyage entre «trois mondes oniriques, exprimés au moyen d'illustrations et d'animations 2D, parsemées de séquences 3D», déclare Aaron Koblin, membre de l'équipe Google Data Arts.
«À divers reprises pendant la vidéo, le spectateur peut explorer l'histoire à sa manière, grâce à la souris. Il peut même participer au rêve en créant ses propres éléments 3D».
Le WebGL est supporté par les navigateurs dernière génération (dernières versions de Chrome et de Firefox)
Projet Dancing Atoms
Dans une vidéo concernant un autre projet, dénommé Dancing Atoms, une équipe de chercheurs du MIT explique les avancées de la capture de mouvements.

À l'aide de la cartographie tridimensionnelle, de technologies comme le body scanning, la capture de mouvements et de logiciels 3D, le SENSEable City Lab du MIT a retranscrit les mouvements du danseur italien Roberto Bolle dans une véritable «carte pixel» enregistrant en temps réel une chorégraphie.
Le professeur Carlo Ratti du MIT, directeur de SENSEable, explique: «pensez à cette scène de Charlie et la chocolaterie où l'auteur a imaginé le «WonkaVision»: un appareil photo géant fait disparaître un garçon en le désintégrant en millions de minuscules particules, avant de le recréer à l'intérieur d'un écran. Eh bien avec «Dancing Atoms», nous sommes désormais capables de manipuler ces millions de particules en contrôlant chacune d'elle, exactement comme s'il s'agissait d'atomes numériques».

REF.:

Aucun commentaire: