Rechercher sur ce blogue

samedi 27 septembre 2014

Apple Pay sera un service de paiement mobile en Oct 2014 aux USA

Apple Pay est un service de paiement mobile proposé par Apple.
Annoncé le 9 septembre 2014 dans une conférence de presse, Apple a prévu de lancer ce service en octobre 2014 aux États-Unis, et dans un second temps dans d'autres pays1.
Ce service permet aux utilisateurs de payer avec leur carte bancaire via leur iPhone 6/iPhone 6 Plus ou leur Apple Watch dans des magasins physiques en utilisant la puce NFC, ou en ligne2.

Dans le courant de l'été 2014, Apple a signé des accords de partenariat avec les leaders des cartes bancaires (Visa, Mastercard et American Express3. Par ailleurs, Apple a signé des partenariats avec de grandes enseignes américaines (Subway, Mc Donald's, Target, Macy's, Walgreens, Sephora, Disney, Nike…) qui vont accepter les paiements par Apple Pay, totalisant 220 000 points de vente
Les informations de paiement sont enregistrées de manière chiffrée dans le téléphone dans une puce sécurisée nommée « Secure Element ». Un identifiant temporaire et unique est généré pour chaque transaction, ce qui permet de ne divulguer ni le vrai numéro de la carte bancaire, ni le nom du détenteur au vendeur et de ne pas bloquer sa carte bancaire en cas de perte ou de vol du téléphone7.
L'authentification de l'utilisateur sur les transactions effectuées avec Apple Pay avec un iPhone 6/iPhone 6 Plus sont vérifiées grâce au capteur biométrique Touch ID. Pour ce qui est de l'Apple Watch, l'iPhone 6/iPhone 6 Plus couplé avec la montre connectée doit se trouver à proximité et l'utilisateur doit appuyer deux fois sur le bouton de sa montre pour valider l'achat8.




 
Quand Apple Pay, Paypal pleure


Promesse d'Apple : nous allons enfin découvrir une solution toute simple et géniale pour payer avec notre mobile et sur le web. eBay et son Paypal ont dû s'étrangler en apprenant la nouvelle... car c'est pile leur job et même leur obsession depuis des années !


eBay n’a pas vécu la keynote Apple comme nous. Pendant que la planète high-tech et ses fans ouvraient grand les yeux et les oreilles le 9 septembre dernier, le big boss mondial du paiement en ligne (dont plus de 40% des revenus viennent de Paypal) fondait en larmes. Enfin, je dis ça, mais je n’y étais pas pour le voir, puisque j’étais là, sur 01net, avec vous. D’ailleurs j’en profite pour vous remercier d’avoir été si nombreux à passer la soirée avec nos journalistes web et TV– c’était « amazing » aurait dit Tim Cook ! Mais je m'égare...
Donc, moi, si j’avais été au board d’eBay, j’aurais eu envie de couper la connexion, plutôt que de voir naître Apple Pay. Attendez, je n’insinue pas qu’eBay ait tenté de planter notre live mondialement suivi… mais, j’imagine que pour ses dirigeants la séquence devait être insupportable.
Non seulement Apple promit, ce soir-là, de révolutionner le paiement mobile et en ligne, mais en plus tout le monde y a cru ! Bim ! En quelques minutes, le cours d’eBay perdit 3% à la Bourse de New York. La courbe chuta brutalement. Et s’enfonça d’autant le lendemain. Pas le temps d’appeler l’ambulance que déjà CNNMoney se demandait si Apple n'allait pas tuer Paypal. Aïe.

Les atouts maîtres d'Apple Pay

RIP Paypal ? C'est aller un peu vite. Dans un premier temps, je dirais que ça peut faire mal. Ce qui m'inspira le titre de cette chronique : « Quand Apple pay, Paypal pleure », mais passons sur ce jeu de mots facile.
Sérieusement, je dois avouer que je n’espère pas la fin de Paypal. Pas plus que celle d’Amazon, dont j’utilise aussi le porte-monnaie électronique. Tant mieux, si un autre service arrive, et si cela devient plus facile et plus sécurisé (encore qu’on demande à voir). Mais je préférerais qu’Apple Pay ne raye pas les opposants de la carte. Un peu d’ouverture, de compatibilité et de concurrence font toujours du bien.
Entre Paypal et Apple Play, qui rira le dernier ? Disons qu'on pressent la puissance d’Apple Pay rien qu’à l’annonce de ses partenaires. Il s’est mis dans la poche des grandes banques américaines et les trois plus importants réseaux de cartes de crédit au monde : Visa, MasterCard, American Express. Et, côté commerce, c’est du solide aussi : Mac Doc, Nike, Starbuck… Surtout, Apple a un atout maître qui échappe à eBay : il embarquera son système de paiement dans ses propres appareils et aura donc la main sur une bonne partie du business.

C'est notre porte-monnaie qui va pleurer

Reste à savoir si c'est un vrai marché ? Certains semblent sceptiques quant à nos changements d'habitude : pourquoi se mettrait-on à payer depuis notre mobile ou notre montre ? Personnellement, je suis convaincue qu'on le fera. D’abord, parce que ce sont des appareils que l’on porte toujours sur soi, ensuite parce qu'on a déjà pris l’habitude de tout confier à nos smartphones. Peut-être, cela prendra-t-il un peu de temps de s’habituer à dégager son poignet plutôt que dégainer sa CB, mais nos gestes changent vite. Il n'y a qu'à voir ce qu'on fait aujourd'hui avec nos doigts sur les écrans !
Au-delà de ce nouveau geste, il faudra bien entendu rassurer sur la sécurité du paiement mobile ou montre. Je reconnais que ce n'est pas gagné - on a mis du temps à lâcher notre numéro de carte bancaire sur un site internet. Mais je parie qu’on sera plus enclin à planter notre empreinte pour valider un achat. Parce que c’est rapide et que tout le monde va proposer le « fingerprint ». Alors, je ne sais pas si eBay va souffrir, mais notre porte-monnaie, lui, va pleurer c'est certain.

CurrentC sera le concurrent a Apple Pay :


Voilà qui tombe mal pour le service de paiement sans contact concurrent d'Apple Pay. CurrentC, le projet du consortium de distributeurs américains MCX, n'a pas encore eu droit à son lancement commercial et pourtant, il a déjà été piraté.

Dans un e-mail repéré par le site Business Insider, CurrentC prévient les personnes s'étant inscrites pour tester la version bêta de l'application que « des tiers non-autorisés ont obtenu les adresses e-mail de certains d'entre vous ». MCX assure qu'aucune autre information n'a été consultée.




L'organe de communication du service de paiement a confirmé ces informations en ajoutant que l'application CurrentC elle-même n'aurait pas été compromise. Par ailleurs, un grand nombre de ces adresses e-mail serait factice. Elles auraient été créées« uniquement dans le but de tester le service ». Le consortium, dirigé par le distributeur Wal-Mart et constitué, entre autres, d'Exxon, Shell et Target, poursuit son enquête et fournira de nouvelles informations « si nécessaire ».

CurrentC se positionne comme une alternative pour les distributeurs qui ne veulent pas d'Apple Pay. Le service proposera, aux Etats-Unis, une méthode de paiement sans contact par QR code plutôt que par NFC. Compatible avec tous les terminaux, les commerçants prélèveront la somme directement sur le compte de l'utilisateur en scannant le code envoyé sur son appareil.

Cela permettra aux partenaires de CurrentC d'éviter les frais de 2 à 3% du montant de chaque transaction imposés par les émetteurs de cartes bancaires. Les distributeurs qui utiliseront Apple Pay resteront, quant à eux, soumis à ces prélèvements. C'est la raison pour laquelle le consortium s'oppose au service et concurrence la firme de Cupertino avec son propre système de paiement sans contact.

La bataille a commencé entre Apple et MCX, qui veulent tous deux imposer leurs standards. La semaine dernière, les chaînes de pharmacies américaines Rite Aid et CVS ont indiqué qu'elles n'utiliseront pas Apple Pay mais CurrentC. MCX imposerait aux distributeurs partenaires du service de refuser les systèmes de paiement sans contact de la concurrence, sous peine de recevoir des amendes écrit le New York Times.

Source.:

Aucun commentaire: