Rechercher sur ce blogue

lundi 27 octobre 2014

Que vaut Inbox, l’e-mail réinventé par Google ?


Nous avons essayé Inbox, la nouvelle messagerie électronique de Google. Un nouveau service qui séduit autant qu’il déroute, et qui pourrait bien en tout cas bouleverser notre rapport au courrier électronique...


Depuis quelques heures, nous avons joué le jeu de Google et avons basculé sur Inbox, son nouveau service de messagerie. C’est effectivement la firme de Mountain View qui vous y incite, dès l’invitation reçue : « essayez Inbox à la place de Gmail » indique l’e-mail.
Et dès les premiers pas dans Inbox, que nous avons effectués avec l’appli Android puis la version Web (inbox.google.com) nous avons été surpris, voire déroutés. On est en effet très loin de Gmail. Avec Inbox, votre boite aux lettres ressemble plutôt à un fil d’actu Facebook ou Twitter. La page d’accueil est dépouillée et va à l’essentiel : vos courriers, présentés à la sauce Material Design. Et il y a d’emblée des petites choses supprimées qui font tout drôle. Comme la disparition de l’heure de réception du mail, par exemple, qu’on ne voit pas, à moins de l’ouvrir.
Mais ce qui surprend le plus à la première ouverture d’Inbox, c’est le classement des mails par catégories. Le nouveau service trie en effet automatiquement une bonne partie des courriels que vous recevez pour les regrouper dans une de ses 7 rubriques spéciales (voyages, achats, finances, réseaux sociaux, notifications, forums et promotions). Une évolution du tri automatique qui existe déjà –en option- dans Gmail.
En revanche, les mails de vos proches, ceux qui vous sont spécifiquement destinés, qui appellent une réponse, sont quant à eux traités différemment et mis en avant. C’est pratique, et cela permet de distinguer immédiatement les courriels importants de ceux qui le sont moins. D’autant que s’ils contiennent une pièce jointe ou encore une photo, elles apparaissent en grand, avec une prévisualisation du fichier. Pas mal.

L’apport de Google Now

Inbox cherche aussi à faire remonter des informations utiles découvertes dans vos mails par les robots à la curiosité insatiable de Google. Dans la rubrique « achats » remontent immédiatement les infos sur vos livraisons Amazon, par exemple. Inbox vous prévient de l’expédition du colis, et vous propose de le suivre d’un clic. Dans la rubrique « Voyages », vous découvrez en un clin d’œil vos réservations Booking –avec un lien vers la carte des environs de l’hôtel- ainsi que vos horaires de vos prochains vols. Des informations que remontaient déjà sur Google Now, qui ont déjà fait discrètement apparition sur Gmail, mais qui sont désormais pleinement intégrées au service.
Un mail plus intelligent, Inbox ? A voir. Car nous avons quand même été surpris de certains des choix que les algorithmes de Google ont fait pour nous. Prenons la rubrique Finances, par exemple. Dans notre cas, celle-ci mélange allègrement les newsletters économiques auxquelles nous sommes abonnés et les courriers en provenance de la banque. Ce qui nous a semblé pas forcément logique. Il est également un peu compliqué de se retrouver entre les rubriques « notifications », « réseaux sociaux » et « forums », qui semblent à certains moment se chevaucher.
A la décharge d’Inbox, c’était déjà le cas dans Gmail… et il est toujours possible de modifier la boite dans laquelle les mails tombent, voire de créer de nouvelles boites pour regrouper des messages en provenance d’un expéditeur particulier ou qui contiennent des mots spécifiques.

Inbox transforme votre boite mail en liste de tâches

Ne vous-y trompez pas. Si Inbox est plus dépouillé que Gmail, s’il semble plus fun à utiliser, il a été conçu pour éviter de perdre des heures à explorer ses mails. En bref, optimisé pour augmenter votre productivité. Il introduit pour cela de nouveaux usages, idéaux pour les individus qui croulent sous les courriels. Pour faire bref, Inbox considère chaque mail (ou groupe de mails) comme une tâche. Lorsque vous consultez un courrier, plusieurs choix s’offrent à vous si vous ne désirez pas y répondre d’emblée. Vous pouvez le « balayer », ce qui signifie tout simplement l’archiver. Affaire classée. Ou vous pouvez indiquer au service de le « mettre en attente » jusqu’à la date et l’heure que vous fixez, voire, si vous utilisez Inbox sur un mobile, jusqu’au moment ou vous atteindrez un lieu que vous aurez spécifié. Exemple: vous pouvez mettre en pause les mails relatifs à votre activité professionnelle jusqu’à votre retour au bureau, le lendemain matin.
Il est également possible d’épingler d’un clic les courriers les plus importants, afin qu’ils soient toujours positionnés en haut de votre boite. Cela ressemble fort aux « étoiles » de Gmail, qui sont malheureusement passées à la trappe.
Inbox fait d’ailleurs aussi office de bloc notes. Vous pouvez à tout moment écrire un rappel ou ajouter une note à tous les mails que vous désirez. Ces rappels sont eux aussi « intelligents » et particulièrement utiles sur mobile. Vous avez besoin de contacter dans la soirée une personne de votre répertoire au sujet d’un courrier que l’on vient de vous envoyer ? Adossez simplement un rappel « Appeler X » au mail pour que son numéro s’affiche directement dans le message.

Le futur de Gmail ?

Après deux jours d’utilisation, il est encore un peu trop tôt pour dire si Inbox pourrait remplacer Gmail au quotidien. De notre point de vue, on en doute pour le moment. D’abord parce qu’Inbox est moins complet que Gmail. D’un point de vue ergonomique en premier lieu : il n’y a ni clic droit, ni possibilité de glisser-déposer comme chez son grand frère. On regrette aussi qu’Inbox ne vous facilite pas la suppression d’un mail et favorise leur simple archivage.
Du point de vue des fonctions, ensuite. Inbox paraît un peu à l’écart des autres services Google pour le moment. Il ne permet pas, contrairement à Gmail, de sauvegarder directement les pièces jointes dans Drive. Il ne permet pas non plus d’accepter des invitations Outlook en les ajoutant à Google Agenda. Et les fidèles utilisateurs de Gmail pourraient être un peu réticents à renoncer aux fameuses étoiles.
Des menus défauts que pourrait vite corriger Google. Et au delà de ces erreurs de jeunesse, Inbox est bel et bien une tentative de réinvention d’un des plus vieux services d’Internet, désormais dopé par l’intelligence des algorithmes de Google, qui n’ont jamais été aussi bien mis en avant. Cela a évidemment un revers : il faut accepter de laisser Google trier nos affaires, choisir à notre place ce qui est important et ce qu’il l’est moins. En résulte parfois un sentiment diffus de perte de contrôle de sa messagerie, la peur d’avoir raté un courrier important. Un comble ! Si bien que nous avons fini par rouvrir Gmail dans un coin, au cas où…

Inbox, un service qui s'inspire de Mailbox

agrandir la photo
Il existe d'étranges similitudes entre Inbox et Mailbox, l'excellent client e-mail pour iOS qui a été racheté par Dropbox l'année dernière. Inbox s'inspire clairement du fonctionnement de cette appli, qui cherche elle aussi à vous débarasser des mails inutiles pour que vous vous concentriez sur les plus importants. Surtout, Inbox sur mobile fonctionne exactement de la même façon. D'un glissement de doigt vers la droite, vous archivez votre mail. Comme dans Mailbox. Et d'un balayage vers la gauche, vous le mettez en attente. Comme dans Mailbox. Même les couleurs des fonctions sont similaires !

Source.:

Aucun commentaire: