Rechercher sur ce blogue

lundi 1 décembre 2014

PS4 vs Xbox One, un an après ?


Un an de bataille rangée, de jeux destinés à séduire un public de gamers de plus en plus large. Un an que les nouvelles consoles de salon sont sorties. Un an après leur naissance médiatique, laquelle mérite sa place sous votre sapin ?



Les 22 et 29 novembre 2013, Microsoft et Sony entraient en guerre sur le marché français. Xbox One contre PlayStation 4, les deux nouvelles consoles de salon entamaient une longue course, une série de combats et batailles qui devraient durer environ dix ans.
Fin 2013, après une prise en main des deux consoles nous avions finalement donné l’avantage à la PlayStation qui nous semblait être un produit davantage  abouti, même si la Xbox One paraissait avoir plus de potentiel sur le long terme.
Dès lors, un an plus tard, la question se pose à nouveau, alors que Noël approche, des deux sœurs ennemies, laquelle faut-il acheter.

Le catalogue

Si Microsoft ne l’avait pas compris à l’origine, avant de se rattraper pendant l’E3 2014, ce sont les jeux qui font une console. Chaque console revendique son lot d’exclusivités, à ce « jeu », pour ce qui est de la quantité c’est a priori la PS4 qui l’emporte de quelques courtes brasses, grâce aux jeux indépendants notamment. Sans être exhaustif, la Xbox One a le défoulant Dead Rising 3, le grisant Forza Horizon 2, le splendide mais très court Ryse : Son of Rome ou encore le respawné Halo Master Chief Collection. Tandis que la PS4 affiche son Killzone Shadow Fall efficace, son défoulant InFamous Second Son, son excellentissime et familial LittleBigPlanet 3, qui sort ce mercredi 26 novembre, son légèrement décevant DriveClub, son addictif Resogun et son ressuscité The Last of Us, dernier triomphe de la PS3. A l’avenir, au fil de l’année 2015, les deux listes s’étofferont évidemment de nouveaux titres. Chez Microsoft, on sort la machine à suite de grosses licences pour en imposer. Ainsi, Fable Legends, Gears of War, Halo 5 : Guardians, Crackdown 3 ou le « nouveau » Quantum Break viendront enrichir le catalogue Xbox One. Côté Sony, on conserve une légère avance numérique, et affiche une liste davantage composée de nouveaux jeux pour les plus notables en tout cas. The Order : 1886, No Man’s Sky, l’exigeant Bloodborne que vous avez peut-être taquiné pendant la Paris Games Week 2014, Rime ou encore Uncharted 4 : A Thief’s End accourront à la rescousse en 2015.
Le catalogue d’exclusivités n’est pas tout. Si nous sommes les premiers à reconnaître qu’il y a une part de subjectif dans le fait qu’on préfère une licence à une autre, et qu’il est donc difficile de trancher à partir de là entre une console ou une autre. Pour autant, on aurait, malgré notre préférence pour la Xbox 360, tendance à privilégier la PS4 sur ce terrain.

Un petit avantage technique

Il est en revanche indéniable que les jeux sont techniquement souvent plus « réussis » sur PlayStation 4 que sur Xbox One. Plus beaux, plus fluides, plus détaillés, dotés d’une meilleure résolution, d’Assassin’s Creed Unity à GTA V en passant par Metal Gear Solid V The Phantom Pain, les jeux sur la console de Sony semblent toujours mieux s’en sortir. Les amoureux de la Full HD, du frame rate coincé à 60 secondes pourraient donc avoir plutôt tendance à se tourner vers la console de Sony, même si la Xbox One a déjà démontré qu’elle est capable de faire tourner des jeux splendides dans ces conditions.
C’est sans compter un autre élément auquel on ne pense pas toujours mais qui change la vie, l’installation d’un jeu sur PlayStation 4 est généralement plus rapide que sur Xbox One, où il faut trop souvent s’armer de patience. Sans même parler des mises à jours day one qui ont tendance à être un peu trop nombreuses sur les deux consoles.

Le design et l’encombrement

Ici, rien de nouveau, mais au bout d’un an de cohabitation avec les deux consoles, il faut bien reconnaître que la PlayStation 4 se fait plus discrète et moins encombrante que sa rivale. Cette dernière est non seulement plus grosse mais s’accompagne d’un transformateur très volumineux, dans la lignée de la Xbox 360. Contrairement à la console de Sony, la Xbox One ne supporte par ailleurs pas qu’on la place sur sa tranche, prévoyez donc de faire de la place aux abords de votre téléviseur.
A franchement parler la PS4 a notre faveur.
Idéal pour soutenir une bibliothèque bien garnie ou alimenter une Xbox One, cet adaptateur est... volumineux.

Périphériques et prix

Si la rédaction est plutôt unanime sur les points précédents, certains continuent à préférer la manette de la Xbox One à celle de la PS4, pourtant en grosse progression par rapport à celle de la PS3. Question d’habitude ou de taille de main ? Difficile à dire. Les manettes des deux consoles s’avèrent particulièrement agréables à utiliser et adaptées à tous les genres de jeux. Difficile de départager en pratique les deux concurrentes. Microsoft a affiné une manette excellente, tandis que Sony a rattrapé un certain retard en termes d’ergonomie tout en ajoutant des nouveautés, comme le pavé tactile ou le faisceau lumineux.
Pour le chemin parcouru, on élirait alors plutôt la PlayStation 4, mais le débat est ouvert…

Lors de notre prise en main de la Xbox One, à sa sortie, nous avions l’impression que Kinect avait un potentiel encore inexploité, qui pourrait à termes apporter quelque chose en plus à la console de Microsoft. Désormais, la Xbox est vendu sans cet accessoire. Ainsi, Microsoft a réussi à palier un des problèmes majeurs de sa console son prix.
Les deux consoles sont désormais au même prix, une égalité qui rend encore plus difficile le choix, même si la Xbox One donne l’impression d’avoir fait une croix sur sa différence.

PSN et Xbox Live

La Xbox 360 imposait un péage pour jouer en ligne mais offrait du coup une qualité de service bien supérieure à celle de la PS3, qui fluctuait énormément d’un jeu à l’autre, d’une heure à l’autre. Sony a donc appliqué la recette de Microsoft à sa PlayStation 4. De fait, nos parties en ligne avec la console du groupe nippon n’ont jamais posé de problème. Jouer en ligne peut enfin se faire sereinement…
C’est donc un match nul qui se dessine ici, d’autant que les deux souscriptions donnent en plus droit à des jeux gratuits et à prix réduits. En cherchant bien, on pourrait dire que Sony a un léger avantage puisqu’il propose également des jeux sur PS Vita avec l’abonnement. Il est même possible de jouer d’une plate-forme à l’autre pour certains titres.

L’heure du bilan

En une année, Microsoft a corrigé nombre de ses erreurs, au niveau du prix notamment. Pour autant, la PlayStation 4 qui connaît un succès commercial supérieur, pour l’instant, conserve nos faveurs. C'est elle qui l'emporte pour une tonne de détails ou de points importants, de son interface bien plus conviviale à son encombrement minime en passant par la vitesse d’installation des programmes et des graphismes régulièrement supérieurs à ceux de la Xbox One. Au bout d’un an, Sony emporte encore, selon nous, la bataille.

Mais cette guerre est là pour durer. L’année 2015, à coup de jeux et d’offres, regorgera d’affrontements entre les deux géants. Rien ne dit que la PlayStation 4 sera encore notre console de choix en décembre 2015.

Et la Wii U dans tout ça ?

agrandir la photo
Au fil des sorties, notamment avec l’arrivée de Smash Bros., le triomphe continu de Mario Kart 8, et la très séduisante Bayonetta 2, la console de Nintendo s’étoffe, prend du corps. Si elle ne peut clairement pas prétendre être en concurrence directe avec la PlayStation 4 et la Xbox One, la Wii U n’en est pas moins une console ludique et familiale qui devient de plus en plus légitime avec l’arrivée des licences incontournables de la société de Kyoto.

Son Wii U gamepad, matérialisation du gameplay asynchrone au destin fluctuant est une merveille quand il est bien utilisé et s’avère par ailleurs une manette tout à fait adaptée à tous les joueurs, même jeunes.
En définitive, cette console qui semblait être condamnée à finir en paria mal aimé du jeux vidéo à un quelque chose qui s’installe avec le temps, un petit air qui fait qu’on y revient et qu’on ne peut désormais que la recommander aux amateurs, même ponctuels, de l’univers Nintendo.


Source.:

Aucun commentaire: